Qui a peur du perroquet stochastique ?

Pla­giaat ! Pla­giaat !” clame haut et fort le per­ro­quet sto­chas­tique. “Pan” fait le pis­to­let du capi­taine cyborg.

Bon­jour à tous, nous sommes déjà en 2023, les voi­tures ne volent pas encore, mais le Ter­mi­na­tor n’a pas trop vieilli et les oiseaux parlent tou­jours ! Si vous ne vivez pas jour et nuit dans un labo­ra­toire de micro­chi­mie spé­cia­li­sé en phy­to tex­tiles de caté­go­rie 3 sur l’échelle du gam­ma de Cho­les­ky, alors vous aurez com­pris que je suis en train de vous bara­ti­ner à l’instar d’un cer­tain ChatGPT.

 

Mais ne vous faites pas avoir par mes paroles : la réa­li­té ne tient plus: texte, image, voix, rien de ce qui fait vos exa­mens du FIMI n’est plus authen­tique. Votre seule rai­son d’être anéan­tie, volée. Vos atomes s’évaporent peu à peu et vous voyez poin­ter à l’horizon la fin de la pen­sée, la fin de la rai­son, la fin du temps !

Allez hop hop, on se réveille, l’information fuse dans les câbles sous-marins, les ten­seurs se décom­posent dans les tran­sis­tors, le pro­grès accé­lère de toute part, nous sommes à l’aube d’une révo­lu­tion indus­trielle ! N’est-ce pas merveilleux ?

 Qui part ? Qui reste ?

Allez, réveillez-vous je vous dis! ll est temps de jouer à un petiiit jeu : Qui, qui qui, qui qui qui, qui va perdre son bou­lot, ho ho ? Qui qui ? C’est bibi et oui ! Bibi qui ? Bibi intel­lo je sais un peu de tout et j’écris comme mon­sieur tout le monde sur un peu rien. Et oui Billy, toi c’est fini, allez par des­sus-bord ! “Couuu­lé ! Couu­lé !” s’exclame le per­ro­quet. Et oui, c’est bien méri­té Billy, fal­lait pas être en plein milieu de la gaus­sienne je t’avais bien dit. La moyenne c’est bien pour diver­tir le plus grand nombre, pis­ser des articles en veux-tu en voi­là. Mais hélas en ce moment il n’y a plus ni science ni conscience, il n’y a que pré­dic­tion toke­ni­sée. Alors si ton humble pro­fes­sion peut mini­mi­ser l’erreur d’un réseau de convo­lu­tion: déso pas déso, Billy ça part à l’eau !

Alors, qui est le sui­vant, vent vent ? C’est Ber­trand ! Ber­trand qui ? Ber­trand je recode pour la cen­tième fois une page web en Javas­cript, avec sa petite sauce béar­naise et son back-end en Python, comme on voit par­tout déjà. Eh oui Ber­trand, dit adieu au salaire géné­reux de nin­ja pro­gram­meur. Le monde moderne n’est pas clé­ment, et y’a plus de place pour le redon­dant. Main­te­nant si c’est déjà écrit ou codé, alors c’est déjà auto­ma­ti­sé. Allez Ber­trand, dans le canot et puis hop lé!

Autant vous dire, mes­de­moi­selles, mes­sieurs, qu’il va fal­loir apprendre à nager, se mou­voir habi­le­ment dans le fluide des idées pour visua­li­ser dans votre caboche de chim­pan­zé l’espace séman­tique à plu­sieurs mil­liard de dimen­sions dont nos amis GPT sont dotés, et nous aus­si il semblerait.

Le monde moderne n’est pas clé­ment et y a plus de place pour le redondant

Car encore aujourd’hui, on ne peut pas vrai­ment dire qu’ils nous sur­passent, pour l’instant nous sommes les maîtres et eux les objets. Pan le LLa­Ma, pan le per­ro­quet. Roger Pen­rose avait donc rai­son ! Le cer­veau humain est un ordi­na­teur quan­tique, pas une machine de Turing à deux sous. Enfin.. c’est un phy­si­cien qui l’a dit, c’est donc vrai­sem­bla­ble­ment fon­dé non ? Soit…

Alors que dire de l’avenir de ces IA mon capitaine ?

Lais­sez-moi vous par­ler de Yann le Cun, créa­teur d’un sport d’hiver main­te­nant en vogue, j’ai nom­mé la rétro-pro­pa­ga­tion, et sa redou­table Des­cente de Gra­dient, piste de ski fameuse s’il en est. Bref excu­sez-moi je m’étale comme ChatGPT, ou comme un prof en amphi, enfin c’est un peu la même chose non ? Oui donc Yann le Cun inven­teur de cet algo­rithme, un peu de maths, beau­coup de magie, soit, tout ce qu’il y a de plus ano­din, par­mi les milles briques élé­men­taires des réseaux de neurones.

Mais Yann le Cun, tout de même, merde, chers lec­teurs ! (hop là, c’est pas un chat­bot qui l’aurait lâché celui-là) Car il est avant tout per­çu comme le mes­sie fran­çais de l’IA, reste plu­tôt confiant. Bien niché avec Dun­ning et Kru­ger quelque part sur le Pla­teau de la sagesse, qu’on appelle plus com­mu­né­ment New York City, loin des tra­cas d’un nou­veau pro­lé­ta­riat de l’intellect, assu­ré­ment rem­pla­çable dès aujourd’hui, pré­fère ne pas com­pa­rer trop tôt au Ter­mi­na­tor de Schwar­ze­neg­ger les Large Lan­guage Models dont la famille GPT, frères, sœurs et cou­sins font tous par­tie. En effet, l’argument étant que Sha­kes­peare ne savait pas tirer au lance-roquette, et donc GPT non plus, et que hommes et machines seront tenus aux lois des nations, qui dictent s’ils mangent ou crêve, res­pec­ti­ve­ment s’ils sont allu­més, ou éteints.

Mais cer­tains infor­ma­ti­ciens-phi­lo­sophes sont légè­re­ment plus stres­sés, au point d’être deve­nus l’épicentre de quelques trem­ble­ments média­tiques. Tel que le contro­ver­sé Elie­zer Yud­kows­ky, qui aime­rait qu’on cesse de nour­rir le futur GPT5 aux hor­mones de crois­sances hyper­bo­liques avant d’être sûrs qu’il ne devienne pas un alle­mand mous­ta­chu à la tête d’une armée de pan­zers huma­noïdes made in Bos­ton Dyna­mics. Il pro­pose pour ce faire de signer des accords per­met­tant de bom­bar­der par mis­sile gui­dé (par l’IA) tout data­cen­ter illé­ga­le­ment en train de faire croître la Bête. Notons cepen­dant qu’Eliezer est la coque­luche d’une com­mu­nau­té ultra liber­ta­rienne sur inter­net nom­mée Less Wrong, prô­nant l’in­gé­nie­rie géné­tique, afin, entre autres, de faire conver­ger la future huma­ni­té vers une espèce supra-intel­li­gente. Une manière de faire de la Des­cente de Gra­dient sur la conne­rie humaine, pour­quoi pas mais c’est un poil trop mous­ta­chu à mon goût.

À ces envies vis­cé­rales d’explosion de sili­cone, cer­tains répondent que les chi­nois, c’est ‑à-dire les méchants, ne se lais­se­ront pas faire même si les Etats-Unis, donc les gen­tils, sau­ront par­fai­te­ment régu­ler à temps. Mais d’autres répondent que si la Chine a mis en pri­son le seul scien­ti­fique ayant réus­si à clo­ner un embryon humain, dans une forme d’i­déo­lo­gie eugé­niste à la Less Wrong, elle n’hésitera pas à régu­ler les IA à des fins de pro­pa­gande et de main­tien de l’ordre public. Contrai­re­ment aux US, Far-West intre­pide, en roue libre depuis le géno­cide la relo­ca­li­sa­tion des indiens et l’invasion la paci­fi­ca­tion de l’Afghanistan, avec l’intégrité des peuples et la régu­la­tion des pro­grès humains comme der­nière prio­ri­té après la paix dans le monde.

D’autres, un peu moins infor­ma­ti­ciens, et un peu plus phi­lo­sophes, tels qu’Eric Sadin en France ou Noam Chom­sky aux US, dénoncent un pro­grès anti-démo­cra­tique, car s’imposant à tous de par son uti­li­té immé­diate, mais ayant déjà des consé­quences irré­ver­sibles sur la valo­ri­sa­tion moné­taire de la créa­ti­vi­té humaine et pos­si­ble­ment d’autres aspects tels que la pro­prié­té intel­lec­tuelle ou la liber­té de pen­ser, le tout rap­por­tant selon eux trop d’argent aux patrons et aux états pour ce qu’ils apportent de récon­fort au peuple.

 Rai­son-gar­dons

Fina­le­ment, mon avis, puisque tout le monde s’en tape, mais je vais quand même me dépê­cher de l’écrire avant que mon fri­go connec­té ne vienne me mitrailler dans le dos :  je crois qu’il faut res­ter calme et concen­tré, bien régu­ler tout ce bazar de bits et de sili­cones sans nom. Mais il ne semble pas que l’IA explose expo­nen­tiel­le­ment, la chose peut avoir été un peu sur­ven­due. En atten­dant, pro­fi­tez plu­tôt chers étu­diants ingé­nieurs de ces nou­veaux outils pour explo­rer l’u­ni­vers des idées et du savoir à toute ber­zingue. Peut être qu’alors vous serez à la hau­teur des défis que le pro­grès de l’IA repré­sen­te­ra pour nous dans un futur plus que proche.

Ani­cet

243 Views

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *