Avatar et la voie du succès

Ava­tar la voie de l’eau est le suc­cès de la fin d’année 2022, il fait par­tie de l’un des films les plus chers jamais pro­duits avec un bud­get esti­mé à envi­ron 350 mil­lions de dol­lars. Mais est-ce que James Came­ron et ce bud­get colos­sal en font un bon film ?  

On se sou­vient tous de ce moment en 2009 quand on a décou­vert Ava­tar pre­mier du nom, démo­cra­ti­sant par la même occa­sion la 3D au ciné­ma. La claque visuelle déli­vrée par le film com­pen­sait lar­ge­ment le mal de crâne après seule­ment 1h de vision­nage. Ce der­nier point et le sur­cout lié à la 3D feront que cette tech­no­lo­gie sera aban­don­née au fur et à mesure des années par de nom­breux réa­li­sa­teurs. 

Pour­tant tout a chan­gé quand James Came­ron annonce que le pro­chain Ava­tar sor­ti­ra en 2022. Alors nos­tal­gique que je suis, j’ai revê­tu mes lunettes per­dues dans un tiroir et rejoint le ciné­ma le plus proche. Je tiens à pré­ci­ser que j’ai regar­dé le film en 3D clas­sique sans IMAX ou 4DX, car ma ville n’est mal­heu­reu­se­ment pas assez grande pour avoir accès à de tels équi­pe­ments (la dia­go­nale du vide…). Ava­tar second du nom a donc pour ambi­tion de faire mieux, plus grand que son pré­dé­ces­seur, mais qu’en est-il vrai­ment ? 

Une his­toire avec moins de bud­get (SPOILER ALERT) 

Ce second Ava­tar nous replonge dans la somp­tueuse pla­nète de Pan­do­ra habi­tée par les Navi, peuple indi­gène for­te­ment atta­ché à la nature grâce à la connexion qu’ils peuvent faire grâce à leur tresse. Cette fois-ci nous redé­cou­vrons Jake Sul­ly une dizaine d’années après le départ des humains ayant for­mé la pre­mière colo­nie humaine sur la pla­nète. Pen­dant ce laps de temps, Jake Sul­ly a fon­dé une famille de Navi se com­po­sant de 2 fils, d’une fille Navi adop­tée et d’un enfant humain aban­don­né lors du départ de la colo­nie.  

Mais les humains ayant fini de réchauf­fer la Terre se tournent de nou­veau vers la pla­nète de Pan­do­ra avec pour ambi­tion de la colo­ni­ser. Jake Sul­ly va tout faire pour les en empê­cher et va déci­der de mon­ter un groupe de Navi rebelles repous­sant les colo­ni­sa­teurs humains (sur­tout amé­ri­cains). Le grand méchant du pre­mier du film revient res­sus­ci­té par la magie du rac­cour­ci ciné­ma­to­gra­phique. Jake Sul­ly se ren­dant compte que sa famille est en dan­ger à cause de lui (ain­si que toute la peu­plade des Navi de la forêt), va fuir vers les contrées des Navi de l’eau en espé­rant que les humains colo­ni­sa­teurs méchants ne viennent pas exter­mi­ner les Navi de la forêt et aban­donne la traque.  

Les rac­cour­cis scé­na­ris­tiques de l’extrême 

Ce qui bien évi­dem­ment fonc­tionne et laisse en paix les Navi de la forêt, qui appa­rem­ment ont ces­sé toute acti­vi­té de rébel­lion. Mais le grand méchant va quand même essayer de le retrou­ver. Bref disons que pour l’instant tout est à peu près logique… sauf le fait que les Navi de la forêt se laissent mar­cher des­sus par les colo­ni­sa­teurs depuis que Jake a dis­pa­ru, que Jake ne se doute pas une seconde qu’il va se faire retrou­ver et mettre en dan­ger les Navi de l’eau chez qui il va élire domi­cile. Bref le scé­na­rio n’est pas le fort du film, et James Came­ron n’a vrai­ment fait aucun effort, tout est cli­ché, de la famille avec les ado­les­cents rebelles, le grand frère, le petit frère et la sœur très étrange mais incroya­ble­ment douée. Mais ne soyons pas néga­tifs par­tout, c’est beau ! Et le film mérite 5 étoiles juste pour ça ! (non) 

Des­sin de Julie.P

Mais on repar­le­ra des gra­phismes après, par­lons du méchant qui est méchant mais pas trop quand même. C’est un Marine amé­ri­cain, donc faire explo­ser et bru­ler des mai­sons de temps à autre lui rap­pelle la vieille époque du Viet­nam (alors que ce n’est vrai­ment pas jus­ti­fié à part pour le faire appa­raitre « méchant »). Le fait de prendre des otages mais de ne pas mettre en exé­cu­tion ses menaces per­met d’avancer dans le scé­na­rio du film. Il y a aus­si des scènes incom­pré­hen­sibles où pour aug­men­ter la ten­sion des dizaines de Navi se bat­tant dis­pa­raissent pour lais­ser seul notre famille à la mer­ci des méchants humains. Des défauts qui pour­tant sautent aux yeux lors du vision­nage. 

Par­lons main­te­nant de la beau­té de ce film, bien sûr il est dû à un mélange de CGI, motion cap­ture et de toutes les tech­niques de modé­li­sa­tion dis­po­nibles aujourd’hui… mais est-ce que tout ça rend bien ? Pour ma part je suis miti­gé, et je prends des pin­cettes car oui le film est joli mais on ne prend pas la même claque que le pre­mier Ava­tar et ce n’était pas le job de ce film de le rem­pla­cer. L’utilisation de la HFR est étrange, cette tech­no­lo­gie per­met d’augmenter le nombre d’images par seconde pas­sant de 24 à 48 ! C’est bien… sauf quand le film fait du jon­glage entre les deux, ça vous donne juste mal au crâne (en plus de la 3D). Il y a aus­si les explo­sions à la Michael Bay qui vous feront oublier tout sem­blant de réa­lisme dans ce film et vous fera chan­ter l’hymne amé­ri­cain avec pas­sion.  

Bon ou mau­vais film ? 

Alors après tout ce que j’ai dit, non Ava­tar la voie de l’eau n’est pas un mau­vais film mais il n’est pas bon pour autant. Je vous conseille même de le regar­der car oui l’océan et l’immensité des plans vous fera tom­ber de votre siège et c’est pour ça que le film est un car­ton mon­dial. Mais il ne vous appor­te­ra aucune réflexion nou­velle ou his­toire inté­res­sante. On se sent très dif­fi­ci­le­ment atta­ché aux per­son­nages et c’est vrai­ment dom­mage. Celui-ci ne mérite clai­re­ment pas l’avalanche de bonnes notes (qui dans un sens encou­rage le réa­li­sa­teur à conti­nuer dans sa lan­cée) 

Scé­na­ris­ti­que­ment le film fait peur pour la suite car la base scé­na­ris­tique est à mon sens très limi­tée (même si on sait très bien à la fin du film quel aspect sera déve­lop­pé), les trois pro­chains films sont pré­vus pour 2024, 2026 et 2028. En atten­dant si vous vou­lez de la SF et du scé­na­rio n’hésitez pas à voir le film Dune de Denis Vil­le­neuve et sa suite qui sor­ti­ra le 3 novembre (je ne peux que vous recom­man­der d’aller lire les livres si vous avez aimé le pre­mier film !) 

Alexandre  

246 Views

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *